Associations & culture /
ESPACE NATURE ISERE

ESPACE NATURE ISERE

Espace Nature Isère est une association qui agit, depuis plus de 30 ans, en faveur de la protection de l'environnement et de la nature.

Pour nous joindre

32 Place du Souvenir Français - 38470 L'ALBENC

Tél : 04 76 36 50 10

secretariat@enisere.fr

Qui sommes nous ?

Forte de 130 adhérents et 3 permanents, ENI développe des actions d'éducation à l'environnement, de veille écologique tout au long de l'année et nous organisons le Festival de l'Avenir au Naturel qui a lieu le premier week-end de septembre depuis maintenant 17 ans.

Nos objectifs à travers ce festival sont :

- de promouvoir des alternatives et produits écologiques reconnus et certifiés,

- contribuer au développement d'une société plus solidaire et plus humaine,

- susciter et encourager les initiatives visant à reconcilier l'homme et son environnement,

- être un forum de sensibilisation à l'environnement spécialement à l'intention des enfants, les éco-citoyens de demain,

- démontrer que l'esprit de solidarité et la prise en compte quotidienne de l'environnement peuvent être créateurs d'emplois nouveaux, durables et porteurs d'avenir,

- donner une impulsion à des initiatives locales originales.

Si vous appréciez le festival et que l'environnement est une priorité pour vous, vous pouvez nous aider en adhérant à l'association. Bulletin d'adhésion sur simple demande.

ENI est membre de la FRAPNA Isère (Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature) et de l'UDAI (Union des Défense des Associations de l'ISère).

20 ème festival de l'avenir au naturel

19ème festival de l'Avenir au Naturel à L'Albenc

Voir l'image en grand

2015:Le Festival de l’Avenir au Naturel de l’Albenc a 18 ans

Voir l'image en grandUn beau beau week-end ces 6 et 7 septembre ! Le plus ensoleillé de l’été pour le festival qui a couvert le Champ de Mars et alentours de ses tentes, stands, animations diverses, ateliers, avec des conférences en continu, de la musique, des senteurs exotiques, des parkings bien remplis…

…. mais surtout tout plein de gens venus parfois de loin à ce rendez vous maintenant traditionnel en cette fin d’été, pour s’informer, flâner, faire leur marché, parler, rencontrer, avec plein de passion et de soleil dans les yeux et le coeur.

Comme me le disait un ex-habitant de l’Albenc, fidèle entre les fidèles, descendu de sa montagne pour l’occasion et sur son petit nuage: « c’est une occasion extraordinaire de rencontres fortuites avec des gens que je n’ai pas vus depuis des années ou que je retrouve tous les ans, un point de rendez vous, avec du temps et de la disponibilité, un temps et un lieu où on peut s’interroger, réfléchir à notre monde, trouver quelques pistes ou conforter notre désir de vivre autrement…. »

Vous vous rappelez peut-être le premier festival. C’était en 1997, à l’initiative de l’association Chantesse-l’Albenc Environnement (devenue maintenant Espace Nature Isère) et de militants écologistes. Une grande première dans la région pour des engagés dans un combat pour la protection de la nature et de l’environnement, accueillie par une partie des habitants du village avec un peu de condescendance, voire d’appréhension, envers ces écolos qui critiquaient le système. Le festival avait déjà trouvé son mode de fonctionnement entre information et prise de conscience : foire bio, produits artisanaux, innovations techniques écologiques, conférences, ateliers, animations. Et les deux premières « veillées » qui furent de grands moments avec Jean Marie Pelt et Pierre Rabhi. Pour ce coup d’envoi, Il y avait 70 exposants et 5000 visiteurs, sans doute surtout des militants.

A l’époque personne ne connaissait l’Albenc.

En 18 ans, le festival s’est fait connaître avec des intervenants de qualité, des lanceurs d’alerte, des Nobel, des prises de position, des combats, et toujours la passion, la parole, l’espace de déambulation, une organisation sans faille, sous le soleil ou la pluie. L’actualité nationale ou internationale apportait régulièrement de l’eau au moulin avec des crises de santé publique, des scandales, des catastrophes, des inquiétudes justifiant, hélas, ce lieu de débats. Et on en sortait quelquefois bien dépité par l’état du monde, mais, au fil des ans, plus conscients des enjeux, des espoirs, des petits progrès.

Le festival est devenu incontournable grâce à l’énergie de ses organisateurs, le dévouement de tous les bénévoles, le soutien de la municipalité, de la Communauté de communes, et de communes voisines, les financements du Conseil Général et du Conseil Régional, le support d’associations et organismes de défense de l’environnement, tous rassemblés pour en assurer la pérennité.

Et l’Albenc y a trouvé sa notoriété actuelle complétant celle donnée par les feux de la Saint Jean, et une nouvelle image.

L’année de sa majorité, le festival est resté fidèle à ses objectifs, avec une grande maitrise de l’organisation :

- 230 exposants ont été validés par le comité de sélection, constituant la plus grande foire bio en plein air en Rhône Alpes, et répartis en secteurs thématiques.

- un public plus diversifié, toujours plus nombreux à assister aux conférences, débats, animations, sans oublier les enfants enchantés des activités proposées.

On ne peut pas citer tous les conférenciers, intervenants qui ont animé le week-end. Ils se sont attachés à rester dans la ligne du festival : information, réflexion, alerte sur des sujets pratiques, d’actualité ou d’inquiétude. Pour éviter que notre monde ne sombre dans celui mis en images dans « la tante d’Hilda » !

Il y a eu bien sûr la grande soirée avec Boris Cyrulnik, dont l’aisance et le charisme ont tenu en haleineplus de 500 auditeurs en rappelant notamment que, loin du cartésianisme, nous vivons dans un système complexe ou les effets sont toujours liés à plusieurs causes et qu’en cas de catastrophes la vie repart… mais différemment. De nombreux exemples et anecdotes pour illustrer un discours sans concessions, empreint malgré tout d’optimisme.

Et la montgolfière, réalisation collective d’un atelier, s’envolant dimanche en fin d’après midi dans un ciel sans nuage, au dessus de l’Albenc, était une belle image de notre festival.

En conclusion, une grande fête réussie et, comme le disait Jordi, un militant écologiste Catalan : « Il y a des mots qui tuent, mais il y a des mots qui sauvent et qui encouragent : jamais nous ne perdrons ».

Que le passage à l’âge adulte du festival lui assure une longue vie, appréciée de tous !

Si vous voulez en savoir plus sur le Festival, allez visiter le site de l’Espace Nature Isère http://www.enisere.asso.fr/